14 mars 2015. Lettre de la présidente de “Ma p’tite école” à la cérémonie de relance des travaux de restauration.

Mes chers amis, si j’avais été là,

Je n’aurais pu renoncer au discret plaisir d’évoquer devant vous – avec quelques anecdotes à l’appui – ma vie d’écolière à l’école de hameau des Settons, avant et pendant la seconde guerre mondiale ; une vie partagée pendant 9 ans – de l’âge du B-A- BA à celui du certificat d’études – avec une trentaine de « gamins » des Settons, des Rouelles et des Gadreys, de la Faye et des Branlasses, des Avoinières et de l’Huis-Gaumont, du Détrapis et de Montélesme.

Je vous aurais fait comprendre à quel point ce lieu avait été pour nous le lieu même où l’on apprenait « ce qu’il n’est pas permis d’ignorer » comme le disaient les Instructions Officielles, mais aussi – et peut-être surtout- le creuset d’un « vivre ensemble » pratiqué pendant 9 ans, réfléchi aux lumières des leçons de morale et d’instruction civique, ce qui modela et modèle encore notre vie.

Mais ce n’est pas la nostalgie du temps passé que l’on restaure aujourd’hui.

 

A elle seule elle n’aurait pas mérité :

• La décision que prit l’Etat, en la personne de son sous-préfet, de nous aider

financièrement,

• L’intérêt que nous manifesta notre député Christian Paul,

• Les aides financières diverses que recueillit pour nous la Communauté de Communes des Grands Lacs du Morvan, « supporter » de notre projet,

• La patience amicale dont fit preuve la municipalité de Montsauche en accueillant gracieusement notre musée pendant 6 ans,

 

A elle seule la nostalgie n’aurait pas valu à notre association :

• D’être reconnue d’intérêt général,

• De devenir site associé du Parc,

• D’être loyalement et obstinément soutenue par Patrice Joly, président de la Communauté de Communes, du Parc et du Conseil Général ,

• Et (j’emploie volontairement les mêmes mots) d’être loyalement et obstinément soutenue par nos adhérents.

 

Je crois que nous devons ces aides à la pertinence de notre projet de « Maison des écoles de hameau du Morvan », pertinence que nous devons au soutien précieux de Marie-Line et Clémence.

• Défense du patrimoine architectural du lac des Settons, puisque le bâtiment dont la restauration s’amorce est contemporain de la chambre des manœuvres et du doublement du barrage initial ;

• Défense de la qualité du paysage, en ce que cet endroit – superbement situé au-dessus du chemin de ronde – devait être protégé de la prétention qu’a l’automobile touristique à faire « parking de tout bois » ;

• Promotion d’un lieu cher aux anciens du pays et à leur descendance, qui viennent renifler l’odeur de l’ardoise et de la craie dans une salle de classe style 1930 / 1950 et qui bénéficient avec des touristes venus d’ailleurs d’animations multiples et distrayantes, d’expositions qui peuvent alimenter autant qu’ils le veulent une réflexion sur le rôle attendu de l’Ecole aujourd’hui ;

• Mise en évidence d’une histoire typiquement morvandelle, celle d’un très grand nombre d’écoles de hameau, dû à l’habitat dispersé sur le socle granitique et au quasi-doublement des effectifs d’élèves par le placement important de ceux qu’on appelait « les p’tits Paris », enfants de l’Assistance Publique placés dans des foyers morvandiaux. Histoire d’autant plus instructive et émouvante qu’il ne reste plus aucune de ces écoles rurales nées avec les lois Jules Ferry ;

• Enfin, souci de contribuer à la politique d’essor culturel que la Communauté de Communes définit en concertation avec les habitants et leurs représentants institutionnels, professionnels et associatifs.

En ce qui concerne précisément le lac des Settons, excellemment pourvu à la base Activital en matière de culture faite de sports nautiques et autres sports qui engagent détente et santé physique,

développer dans ce lieu historique proche de la maison de la Communauté de Communes et de l’Office du tourisme , des activités culturelles autour desquelles autochtones et touristes, jeunes et moins jeunes, pourront trouver mille sources de gymnastique intellectuelle.

 

Ce rappel de nos ambitions me permet aujourd’hui de transmettre mes remerciements à toutes celles et tous ceux qui nous ont aidés et nous aident encore, et mes encouragements à tous ceux (architecte, entrepreneurs et ouvriers) qui auront à cœur, j’en suis certaine, d’achever le chantier avant que nous viennent les vents de l’automne… 2015 bien sûr !

Janine Bardonnet, Présidente de Ma p’tite école